«La mer deviendra aussi chaude qu'un jacuzzi»: à quoi ressemblera la vie en Israël en 2100 – Israel News

«La mer deviendra aussi chaude qu'un jacuzzi»: à quoi ressemblera la vie en Israël en 2100 – Israel News

"Je suis heureux de ne pas être en vie", a déclaré Baruch Rinkevich, de la recherche océanographique et limnologique en Israël, qui contribue actuellement à la préparation du prochain rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies sur les océans et la cryosphère.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                                    
                    
        
>> Abonnez-vous pour seulement 1 $ maintenant

                      
                    
                

                     «Après nous, le déluge, comme dit le proverbe. Les gens ne comprennent pas tout à fait de quoi nous parlons ici », explique le professeur Rinkevich, biologiste marin. «Ils pensent à la fonte des icebergs et des ours polaires qui n’auront pas de maison. Ils ne comprennent pas que tout devrait changer: l’air que nous respirons, la nourriture que nous mangeons, l’eau que nous buvons, les paysages que nous voyons, les océans, les saisons, la routine quotidienne, la qualité de la vie. Nos enfants vont devoir s'adapter ou s'éteindre. Ils devront s'habiller différemment, se comporter différemment, vivre différemment. Ce n'est pas pour moi. Je suis heureux de ne pas être ici. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     La plupart des scientifiques du climat s'accordent sur le fait qu'il est encore possible de freiner le réchauffement climatique et commercialisent avec insistance cette promesse auprès du public et des décideurs. Mais ne vous y trompez pas: le réchauffement de la planète Terre n'est réversible que dans le sens où il peut être freiné en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Et même si demain matin nous fermions toutes les centrales au charbon, ralentissions toutes les voitures et revenions à l'âge de pierre, la planète continuerait à se réchauffer. Le dioxyde de carbone que nous, les Israéliens, émettons ce matin sur l'autoroute Ayalon à Tel-Aviv restera dans l'atmosphère pendant des centaines d'années, et l'humanité ne dispose d'aucune astuce technologique pour le restituer au sol.
          

        
          
                  
          
                  
          
          
            
            
            
            
                         

                        
            
                                                  
                Baruch Rinkevich. "Dans quelques années, nous pourrons planter des récifs coralliens à Netanya."
                                                    Rami Shlush
                                              

      
                                                                        
                            
                

                     En octobre 2018, le GIEC a soumis à l'ONU un rapport spécial, rédigé par 91 climatologues de 40 pays, qui ont examiné plus de 6 000 études sur la crise climatique. Selon le rapport, une réduction de 45% des émissions de CO2 d'ici 2030 et la cessation complète de toutes ces émissions d'ici 2050 – ce qui signifie la réalisation d'un objectif imaginaire selon lequel 100% des pays du monde passent à 100% d'énergies renouvelables – conduirait au réchauffement climatique de seulement 1,5 degrés Celsius. La mise en œuvre intégrale de l'Accord de Paris de 2016, objectif beaucoup plus modeste, se traduirait par une augmentation de 3 degrés d'ici la fin du siècle. La poursuite de la politique actuelle en matière de pollution, selon les chercheurs, entraînera une augmentation de 3 à 5 degrés d'ici 2100. Et parmi tous ces chiffres se trouve le point de non-retour: une chaîne d'événements qui transformera notre planète en Vénus. tapez l'enfer.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Cet article tente de prédire les conditions environnementales auxquelles notre région peut s’attendre d’ici à l’an 2100, date limite pour laquelle de telles prévisions peuvent actuellement être établies. Si les taux d’espérance de vie actuels sont maintenus, un enfant né en Israël aujourd’hui peut s’attendre à participer aux célébrations du nouvel an de cette année. À quoi ressemblera son pays? Quel genre de vie y aura-t-il ici dans notre petit coin de la Méditerranée?
          

        
          
          
                        
            
            
            
                                      

                             
              
                              
          
                  
          
                  
                            
                

                     Pour préparer ce rapport, Haaretz s'est entretenu avec un certain nombre de scientifiques israéliens appartenant à diverses disciplines. Il a été demandé à toutes les personnes interrogées d’examiner les implications anticipées d’une hausse «modérée» de seulement 2 à 3 degrés Celsius, la moyenne des prévisions du GIEC. Le tableau qui se dégage, bien que menaçant, est le plus réaliste pour l’avenir proche. Et même cela pourrait être trop optimiste.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Panne de moteur
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Le corps humain est un moteur qui doit dégager de la chaleur pour continuer à fonctionner. Son mécanisme de refroidissement principal est l'évaporation par la transpiration. Pour que cela se produise, l'air ambiant doit être plus froid que le corps. De plus, l'air chaud peut contenir plus de vapeur d'eau que l'air froid, de sorte que dans des conditions d'humidité extrême, la transpiration ne peut pas s'évaporer dans l'air.
          

        
          
          
                        
            
            
            
                                      

                             
              
                              
          
                  
          
                  
                            
                

                     La combinaison de ces deux paramètres, chaleur et humidité, est appelée indice de stress thermique. Une brève exposition à des conditions de HSI élevé peut élever la température corporelle entre 38 et 40 degrés Celsius (la normale est de 37 degrés F), ce qui entraîne maux de tête, vomissements et respiration superficielle. Lorsque la chaleur corporelle atteint 41 degrés ou plus, des dommages multisystémiques se produisent, affectant le cerveau, le cœur, le foie et les reins, ce qui peut entraîner une perte de conscience, des spasmes et même la mort. Les personnes âgées et les infirmes, ainsi que les nourrissons et les enfants, sont les premiers à souffrir et à mourir dans une telle situation, car les mécanismes de régulation de la chaleur dans leur corps sont moins efficaces.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     En juillet 2015, les habitants de la ville iranienne de Bandar Mahshahr se sont réveillés à une température de 46 degrés Celsius (115 F), accompagnés d'une forte humidité provenant du golfe Persique. Le résultat a été un IHM inimaginable de 74 degrés – le deuxième record jamais enregistré (le plus élevé jamais enregistré est de 81 degrés en 2003 dans la ville saoudienne de Dhahran). À ce niveau de surcharge thermique, même une personne se reposant à l’ombre à l’ombre est incapable de refroidir son corps par la transpiration et est réellement en danger de mort, comme une personne coincée dans une voiture verrouillée en été.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     D'ici 2100, les Israéliens pourraient également se réveiller dans des jours comme celui-là.
          

        
          
                  
          
                  
          
          
            
            
            
            
                         

                        
            
                                                  
                Hadas Saaroni. «Nous avons besoin de dessalement, et plus il y en a, mieux c'est.
                                                    Moti Milrod
                                              «Les jours les plus chauds de l'année, il sera impossible d'exister sans climatiseur», explique Daniel Rosenfeld, de l'Institut des sciences de la Terre de l'Université hébraïque de Jérusalem. «Ce ne sera plus une question de confort mais de survie. Un climatiseur en panne risque de devenir un problème vital. »
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Hadas Saaroni, du Département de géographie et de l’environnement humain de l’Université de Tel-Aviv, est plus optimiste. «Les villes risquent d’être abandonnées en Iran, en Irak et dans les pays en développement, mais dans notre pays, il sera possible de vivre», dit Saaroni, ajoutant: «Les gens n’abandonneront pas Tibériade, Beit She’an et Eilat. Les Israéliens sont mieux acclimatés au réchauffement. Ici tout est climatisé. Nous allons donc vivre simplement avec le climatiseur. ”
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     «Vous et moi avons un climatiseur à la maison», déclare Hagai Levine, président de l'Association israélienne des médecins de santé publique et responsable du programme de santé environnementale de l'école de santé publique et de médecine communautaire Hadassah Braun de l'Université hébraïque. «Nous sommes capables de faire face au changement climatique – du moins pour le moment. C’est difficile pour nous, mais nous sommes capables. Mais il y a des gens en Israël qui n’ont pas de climatiseur ni d’électricité. Demandez-vous: combien de personnes sont mortes dans la vague de chaleur qui nous a frappés en juillet?
          

        
          
                  
          
                  
          
          
            
            
            
            
                         

                        
            
                                                  
                Hagai Levine. "Nous paierons en vies humaines et en argent pour la complaisance."
                                                    Emil Salman
                                              Combien?
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Dr. Levine: «Je ne sais pas non plus. Il existe une base de données nationale sur le cancer, nous suivons les éruptions de maladies infectieuses, mais les visites aux urgences liées au changement climatique ne sont pas enregistrées. Nous sommes tellement en retard à nous y préparer que nous ne mesurons même pas ce qui doit être mesuré. Nous devrions surveiller activement les situations sanitaires climatiques et recouper les données avec les données sociales et géographiques du Bureau central de la statistique et de la sécurité sociale afin de pouvoir nous préparer en temps réel aux coups de froid, mais principalement aux vagues de chaleur. Je suis très inquiet. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Levine poursuit en déclarant: «Nous allons payer en vies humaines et en argent pour cette complaisance. C’est difficile pour nous maintenant en juillet-août, mais les températures de plus en plus extrêmes vont entraîner la fermeture de la vie publique en Israël quelques jours par an. Israël est un microcosme du futur: un pays occidental soumis à des conditions climatiques difficiles. Si nous sommes en mesure de trouver les solutions organisationnelles et globales appropriées, comme fournir de l'ombre dans nos villes et les zones ouvertes de leurs banlieues – y compris des espaces verts couvrant nos maisons elles-mêmes – le monde entier adoptera nos propositions. Mais si nous ne les trouvons pas, il sera de plus en plus difficile d’activer à l’extérieur un nombre croissant de jours par an pour de plus en plus de groupes de population: des personnes âgées aux agriculteurs, des ouvriers de la construction aux agents de sécurité. ”
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     «Les vagues de chaleur tuent», reconnaît Shlomit Paz, chef du département de géographie et d’études environnementales de l’Université de Haïfa. «Soixante-dix mille personnes sont mortes dans la vague de chaleur qui a frappé l'Europe occidentale en 2003», a-t-elle noté, «et cela s'est produit dans les pays les plus établis du monde, tels que la France et l'Espagne. Notre groupe de recherche Experts méditerranéens sur le climat et les changements environnementaux a récemment publié un article dans la revue Nature Climate Change, montrant que le processus de réchauffement dans le bassin méditerranéen est 1,5 fois plus rapide que dans d'autres régions du monde. Ajoutez à cela les paramètres qui distinguent Israël, tels que les problèmes d'eau, la croissance rapide de la population, la surpopulation, les îlots de chaleur urbains (zones urbaines plus chaudes que l'environnement rural en raison d'activités humaines) et le vieillissement de la population. sont plus vulnérables, et non plus immunisés, au changement climatique. En mai dernier, une température de plus de 50 degrés a été enregistrée à la mer Morte. ”
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     De manière surprenante, ajoute le professeur Paz, il n’existe pas de définition internationale du stress thermique menaçant le pronostic vital. En Hollande, cinq jours consécutifs de températures égales ou supérieures à 25 degrés Celsius, dont trois avec des températures égales ou supérieures à 30 degrés, sont définis comme une vague de chaleur. En d’autres termes, tout l’été en Israël serait considéré comme une grande vague de chaleur. Paz prédit que l'Europe devra bientôt réviser ces paramètres, car même des pays comme la Hollande ont souffert de vagues de chaleur extrêmes ces dernières années.
          

        
          
                  
          
                  
          
          
            
            
            
            
                         

                        
            
                                                  
                Le réservoir d'Idan, près de la frontière israélienne avec la Jordanie.
                                                    Tomer Appelbaum
                                              «Cela semble ridicule pour nous, Israéliens, dit-elle, parce que nous vivons dans l’illusion que nous sommes physiologiquement acclimatés au temps – certainement à ceux d’entre nous qui sommes nés ici. Mais ce n'est qu'une illusion. Le fait est que les records de consommation d'électricité sont battus tous les ans en Israël. Un jour dans un avenir proche, il pourrait y avoir une vague de chaleur intolérable. Nous allumerons tous nos climatiseurs en même temps et le réseau électrique s'effondrera tout simplement. En cas de panne d'électricité, nous n'obtiendrons pas d'aide des voisins. C’est le scénario qui me dérange le plus. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     La tendance locale au réchauffement a de nombreuses implications en termes de santé publique, même au-delà du danger direct pour la vie humaine. Par exemple, certaines études établissent un lien entre le stress thermique et les épidémies de violence; d'autres ont montré une augmentation concomitante de la fréquence des polluants émis dans l'air. Mais tandis que les humains languissent, d’autres espèces qui ne sont pas si gentilles s’amusent.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     «À haute température, les virus et les moustiques se développent bien», dit Paz. Dans les pays froids, nous assistons à une endémisation (acclimatation) de maladies telles que la fièvre de West Nile, apparue à plusieurs reprises en Israël depuis l'été 2000. Nous voyons déjà aujourd'hui d'autres moustiques de la souche Aedes, tels que le moustique tigre asiatique, qui s’est habitué pour la première fois dans notre région en 2002. C’est très inquiétant, car c’est un signe que des conditions climatiques susceptibles de favoriser l’apparition de maladies nouvelles dans la région sont susceptibles de se développer. L’apparition de la maladie du chikungunya en Italie et en France, transmise par les moustiques Aedes, transmet également la dengue et le zika. »
          

        
          
          
                        
            
            
            
                                      

                             
              
                              
          
                  
          
                  
                            
                

                     Malgré tout, malgré des scénarios menaçants relatifs aux températures maximales, il est possible d’attendre une hausse non moins pénible des températures minimales enregistrées ici. Les services météorologiques israéliens ont constaté qu'au cours des 70 dernières années, la température maximale moyenne a augmenté de 0,19 ° C par décennie en moyenne, tandis que la température minimale a augmenté de 0,24 ° C, une tendance qui ne fait que s'intensifier. En d'autres termes, les nuits deviendront comme des jours. Si aujourd'hui les joggeurs israéliens préfèrent les matinées ou les soirées plus fraîches, la différence entre les températures maximale et minimale sera réduite en 2100 et disparaîtra complètement dans les îlots de chaleur urbains. La chaleur du jour ne s'évaporera tout simplement pas. Le jogging? Seulement dans une salle de sport climatisée, et seulement les jours où l'on peut s'y rendre en toute sécurité.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     "Il ya un problème ici", explique Hadas Saaroni. «Lorsque la température minimale dépassera régulièrement les 25 degrés, les nuits humides, il n'y aura pas d'autre choix que de climatiser la maison toute la nuit. Et ensuite, nous aurons besoin de plus d'énergie et nous dégagerons plus de chaleur dans la ville, ce qui intensifiera les îlots de chaleur urbains. Parallèlement, la construction massive entrave la capacité de la ville à se refroidir la nuit et son expansion sur le littoral empêche la pénétration de la brise rafraîchissante venant de la mer. Un îlot de chaleur urbain peut être cinq, six ou sept degrés plus chaud que son environnement. La nuit deviendra un problème de plus en plus grave, surtout pendant l'été de Tel Aviv. ”
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     "Carte à l’envers"
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Modèles informatiques dirigés par le doctorant Assaf Hochman, aux côtés des prof. Saaroni et Pinhas Alpert, ainsi que le Dr Tzvi Harpaz de l’école Porter et des sciences de la Terre de l’Université Porter, montrent que d’ici à la fin du siècle, l’été israélien aura probablement 49% de plus, tandis que l’hiver sera réduit de 56%. Au lieu de deux saisons, chacune d’une durée d’environ quatre mois, il y aura environ deux mois de temps frais chaque année, la majeure partie restante étant boueuse et extrêmement chaude.
          

        
          
                  
          
                  
          
          
            
            
            
            
                         

                        
            
                                                  
                Assaf Hochman. «Au lieu de quatre mois d’été, nous aurons six mois; au lieu de quatre mois d’hiver, deux à trois mois. »
                                                    Moti Milrod
                                              "Nous avons examiné les conditions météorologiques en Israël selon deux scénarios impliquant des émissions de gaz à effet de serre", a déclaré Hochman. «Dans l'un, nous continuons à émettre des gaz à un taux croissant jusqu'à la fin du 21ème siècle. Dans le scénario le plus optimiste, en 2040, le gouvernement reprend ses esprits et réduit les émissions. Il faut comprendre que ce n’est pas seulement une question de température, mais aussi de concentration de gaz à effet de serre – une concentration qui influence la température, bien sûr, mais aussi les systèmes météorologiques. En utilisant ces deux scénarios, nous avons calculé la longueur des saisons entre 2080 et 2100. Au lieu de quatre mois d'été, nous aurons six mois; au lieu de quatre mois d'hiver, deux-trois mois. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Les saisons elles-mêmes changeront également, note le professeur Rosenfeld de l'université hébraïque: «Si au début du 21e siècle, nous avions l'habitude d'entendre le terme« muggy dans la plaine côtière », en particulier en juillet et en août, à la fin de l'année. Au cours du siècle, le climat estival sera boueux, pas pour quelques jours, mais pour de longs mois. ”
          

        
          
                  
          
                  
          
          
            
            
            
            
                         

                        
            
                                                  
                Daniel Rosenfeld. "Muggy sera la météo estivale régulière, pendant des mois."
                                                    Emil Salman
                                              Quand il fait plus chaud, il ajoute: «Il est capable de contenir plus de vapeur d’eau, mais en été, en Israël, l’humidité reste emprisonnée près du sol et ne peut pas monter ni générer des nuages ​​et des précipitations. Le résultat: une combinaison de températures plus élevées et d'humidité, ce qui signifie un temps plus lourd. Le piégeage d'humidité près du sol empêchera la formation de nuages, ce qui soulagera parfois le stress thermique. Lorsque l'humidité sera capable de s'élever et de générer des nuages, pendant les saisons de transition, il en résultera de puissants orages avec davantage de grêle et de crues soudaines. On peut également s'attendre à plus de jours de chauvre »- une référence aux épisodes de chaleur sèche et oppressante.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     À quoi ressemblera l'hiver abrégé? Ce sera plutôt un printemps, dit Rosenfeld, mis à part quelques tempêtes hivernales courtes et violentes, accompagnées d'inondations plus extrêmes, même si les précipitations réelles diminuent. «Les conditions météorologiques extrêmes se traduiront, en partie, par une probabilité accrue d’émissions d’air froid plus directes en provenance des régions polaires. À mon avis, nous continuerons donc d’observer des chutes de neige dans les montagnes toutes les quelques années, malgré la tendance générale au réchauffement ».
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Israël (et le Moyen-Orient en général) se réchauffe plus rapidement qu'ailleurs, mais même à l'intérieur du pays, malgré sa petite taille, le réchauffement n'est pas uniforme. «Les changements les plus dramatiques se feront sentir au nord et à l'est – plus on s'éloigne de l'influence de la Méditerranée», explique Rosenfeld. «Vers la fin de ce siècle, on peut s’attendre à ce que le nord du pays soit plus aride que le centre. La météo sur les hauteurs du Golan et en Haute Galilée ressemblera à la Jérusalem d’aujourd’hui, mais elle sera encore plus sèche. Les habitants de Jérusalem vivront un climat comparable à celui de Kiryat Gat et à Kiryat Gat, ils ressentiront la chaleur et la sécheresse de Be’er Sheva. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     En outre, il note: «En raison des modifications de la fréquence et du caractère des tempêtes hivernales, la tendance relative à la stabilité relative des précipitations dans le centre du pays devrait se poursuivre, parallèlement à la diminution des précipitations dans le bassin hydrographique du lac Kinneret. , où nous nous attendons à une diminution significative de 15% de plus d’ici la fin du siècle. Si, au cours des années précédentes, nous nous sommes habitués à ce qu’une année sèche soit définie par le niveau de l’eau du Kinneret, jusqu’à atteindre la ligne rouge – à l’heure actuelle, même une pluviométrie annuelle moyenne ne suffit pas pour remplir le lac. "
          

        
          
          
                        
            
            
            
                                      

                             
              
                              
          
                  
          
                  
                            
                

                     Saarani insiste sur ce point: «Les gens me parleront de chaque pluie que je dirai, mais nous devons comprendre que nous nous trouvons dans une zone frontalière climatique, caractérisée par une très forte fluctuation des précipitations d'une année à l'autre. Pour atteindre une signification statistique, nous devons assister à un déclin beaucoup plus radical. D’autre part, je ne vois personne s’engager, comme le commissaire à l’eau de 2003, qui a connu une année pluvieuse et qui a déclaré que nous n’avions pas besoin de dessalement pour remplir le lac Kinneret. Nous avons besoin de dessalement, et plus il y en a, mieux c'est. Il est impossible d’ignorer les tendances du changement. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Cependant, le problème auquel nous serons confrontés ne se limitera pas aux précipitations mais englobera également les événements extrêmes. Les précipitations concentrées ne sont pas les mêmes que les pluies légères sur une longue période, comme pendant les hivers de notre enfance. «L’hiver dernier a été plutôt pluvieux», note Rosenfeld, ajoutant: «Une année pluvieuse est aujourd’hui semblable à une année moyenne dans le passé, et même dans ce cas, la pluie est concentrée sur deux mois. De plus, il y a une tendance à l'augmentation des précipitations dans les zones désertiques: au lieu de remplir le lac Kinneret au nord, les pluies provoquent des inondations dans le sud. ”
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     «Le changement dans la répartition de la pluie est dramatique», confirme Saaroni. "C’est comme une description intelligente que j’ai entendue jadis: comme si quelqu'un pendait la carte d’Israël à l'envers – le sud au nord et le nord au sud."
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Au revoir, les cyprès
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Selon un rapport national sur la destruction des forêts, établi en 2018 par une équipe dirigée par Tamir Klein, du Département des sciences des plantes et de l'environnement de l'Institut des sciences Weizmann de Rehovot, Israël a perdu 65 310 dunams (16 327 acres) de forêts et de bosquets depuis son établissement. Mais alors qu'au cours des premières décennies, 3 à 8% des arbres ont été perdus, dans les années 1990 et au cours de la décennie actuelle (2010-2017), 42% et 31% des arbres sont morts, respectivement. Parmi ceux-ci, 24% des arbres sont morts de manque d'eau et 58% ont été brûlés, 69% de ces derniers étant liés à la sécheresse. L’examen de la répartition géographique des arbres morts jette un net éclairage sur cette situation: le type de sécheresse qui a tué des arbres dans la région de Jérusalem dans les années 50 et 60, par exemple, tue aujourd’hui des arbres dans la Galilée occidentale et le plateau du Golan.
          

        
          
                  
          
                  
          
          
            
            
            
            
                         

                        
            
                                                  
                Tamir Klein. Le pire scénario est «pas de forêts au sud de Beit Shemesh».
                                                    Moti Milrod
                                              Bien sûr, les arbres ont besoin de plus que de l’eau pour prospérer. Comme les humains, les plantes ont les températures minimales et maximales dont elles ont besoin pour prospérer. Si, au cours des dernières années, la cueillette des cerises est devenue une activité familiale et conviviale, au nord du pays, même les cerises du nord d’Israël n’auront pas assez de froid pour leur permettre de mûrir.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     En fait, comme les cerises, les premiers arbres à mourir, selon le rapport Weizmann, seront les variétés étrangères qui ont été plantées ici.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Dr. Klein: «Les conditions, qui empireront, filtreront la végétation plantée au début de la période sioniste: les arbres étrangers plantés au début du 20ème siècle, comme les eucalyptus et les cyprès, devraient disparaître progressivement du paysage. Le cyprès est un arbre méditerranéen, mais pas indigène, et les cyprès ont probablement été importés d'Italie il y a des milliers d'années.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     «Dans un bosquet naturel, il existe une compétition entre chaque espèce dans la population. Plus le stress environnemental devient important, plus la concurrence sera féroce. Il y aura des gagnants et des perdants, et les gagnants seront les espèces locales, telles que le chêne du mont Tabor, le masticier et le térébinthe. Même s'il y a de l'aridité et de la sécheresse et qu'ils souffrent vraiment, ces types d'arbres peuvent paraître morts pendant un an ou deux, puis se renouveler spontanément. Cela fait partie de la résistance des forêts naturelles. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Alors, quel genre de forêts aurons-nous ici?
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Klein: «À l’heure actuelle, la limite des zones forestières en Israël est la ligne de Be’er Sheva. Selon le scénario provisoire du GIEC, il n'y aura aucune forêt au sud de Kiryat Gat, à environ 45 kilomètres au nord. Nous allons faire l'expérience de la savannisation: les arbres qui vont durer sont des espèces de la savane, telles que le jujube, le caroube, le tamaris. Nous verrons des bosquets clairsemés, du type de ceux que nous voyons aujourd’hui dans la région de Be’er Sheva. Selon le pire des scénarios, qui prévoit une augmentation de la température de 4 à 5 degrés Celsius et une baisse de 30% des précipitations, il n'y aura aucune forêt au sud de Beit Shemesh », qui est située à l'ouest de Jérusalem.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Comme tout le monde né dans les années 1980, je portais des sabots de caoutchouc à la plage. La raison: les oursins. De nos jours, vous pouvez vous baigner pieds nus dans l’eau sans craindre d’être piqué: la variété la plus répandue, celle des oursins pourpres, a pratiquement disparu des plages d’Israël.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Selon l’institut de recherche océanographique et limnologique, au cours des 30 dernières années, la température de la couche supérieure de notre mer (jusqu’à une profondeur de 10 mètres) a augmenté en moyenne de 0,13 ° C par an – une valeur supérieure aux prévisions les plus extrêmes de le GIEC. L'oursin violet s'est éteint lorsque la température de l'eau a dépassé 30 degrés, en été; des dizaines d'espèces de mollusques et crustacés ont également disparu. Un exemple bien connu est la coquille de roche à la bouche rouge qui, dans les temps anciens, était utilisée pour produire la couleur pourpre. Cette créature a vécu à nos côtés pendant des milliers d’années – avant d’avoir été bouillie au cours de notre vie. À l’heure actuelle, il est impossible de trouver un seul rocher vivant le long du littoral israélien.
          

        
          
          
                        
            
            
            
                                      

                             
              
                              
          
                  
          
                  
                            
                

                     En attendant, l’eau de mer de plus en plus chaude est bénéfique pour les gens: on peut s’éclabousser même hors saison. Mais le calcul est simple: si actuellement la température de l’eau en été est de 31 degrés, la tendance de 0,13 degrés supplémentaires chaque année pendant 80 ans se traduit par une température de 40 degrés d’ici 2090, même sans tenir compte d’une accélération supplémentaire de la processus de réchauffement. Par comparaison, la température maximale autorisée dans un jacuzzi est de 40 degrés. Les humains ne seront pas cuits vivants comme des oursins et des coquillages à la bouche rouge, mais il pourrait y avoir un danger de mort pendant la haute saison de baignade.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Barak Herut, directeur général de l'institut océanographique, ne partage pas forcément cette prévision. «Le taux d’augmentation de la température que nous mesurons ici est bien supérieur aux prévisions les plus extrêmes du GIEC, et il est possible que l’augmentation rapide que nous enregistrons soit due au fait que l’eau reste plus longtemps dans le bassin du Levant, " il dit. «Il est clair qu’il ya une augmentation distincte, mais un taux différent (d’augmentation de la température) dans différentes masses d’eau dépend de multiples variables et n’est pas nécessairement linéaire. Suggérer une date à laquelle la ligne des 40 degrés sera franchie relève de la spéculation. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Avec une eau de mer de plus en plus chaude, nous ne pouvons pas ignorer la plus grande invasion maritime au monde, qui se déroule actuellement sur la côte israélienne. La migration lessepsienne – du nom de Ferdinand de Lesseps, l'ingénieur français chargé de la construction du canal de Suez – n'est pas nouvelle. Cette migration d’espèces marines de la mer Rouge vers la Méditerranée a débuté avec l’ouverture du canal en 1869. Mais les espèces ne migrent pas automatiquement; ils migrent seulement quand il fait chaud et agréable pour eux dans leur nouvelle maison. Si, au début des années 90, 29% des poissons capturés dans les filets des pêcheurs locaux étaient des espèces envahissantes, la source de la majorité absolue des poissons de la Méditerranée est actuellement la mer Rouge. Vous n'avez plus besoin d'aller à Eilat pour voir du poisson.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     «En fait, dit Rinkevich, les coraux comme ceux d’Eilat ne vivent pas à une température inférieure à 18 degrés Celsius en hiver. Déjà maintenant, la température de l’eau en Méditerranée ne descend pas en dessous de 17 degrés en hiver. Dans quelques années, nous pourrons planter des récifs coralliens à Netanya et à Hadera, même à Nahariya. ”
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Plage Ibn Gabirol
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Mais notre eau n’est pas seulement plus chaude, elle est aussi plus acide. L’acidité de l’eau augmente lorsque la concentration de CO2 dans l’atmosphère augmente. En effet, depuis 2012, une diminution annuelle moyenne de 0,006 unité de pH (plus le nombre est bas, plus l'acidité est élevée) a été mesurée en Méditerranée.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     «Le scénario d'horreur parle d'une diminution de 0,3 à 0,4 unité de pH d'ici la fin du siècle», explique Tamar Guy-Haim, chercheuse à l'institut océanographique. «Cela ne semble pas beaucoup, mais depuis la révolution industrielle, la diminution a été de 0,1, pour atteindre un niveau de 8,1, ce qui équivaut à une augmentation de 35% du niveau de CO2 dans l’eau. Des valeurs inférieures à pH 8 sont susceptibles de provoquer une fusion massive des populations à squelette calcaire, telles que les gastéropodes », qui comprennent les escargots et les limaces.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Puisque nous, les humains, n’avons pas un squelette calcaire, nous ne sommes pas en danger de fusion, mais un autre danger nous guette. «En raison des changements climatiques, des pressions environnementales créées par l'homme et de l'invasion accélérée d'espèces étrangères, notre mer devient de plus en plus peuplée par des créatures gélatineuses», explique le professeur Herut. «Ce n’est pas nécessairement dangereux pour les baigneurs, même s’ils sont très gênants, mais des espèces gélatineuses, telles que les méduses, entraînent des changements écologiques importants dans l’eau et des dégâts matériels dans les centrales électriques et les installations de dessalement.»
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Même si nous ne voulons pas aller dans l'eau, l'eau nous viendra. Une sorte de règle est apposée sur le bord du quai à Hadera. Comme un garçon qui vérifie sa croissance, le souverain mesure la montée du niveau de la mer le long des côtes israéliennes. Au cours des 26 dernières années, notre mer a gagné 12 centimètres de plus à la «station souveraine» de l’institut océanographique. L'eau chaude occupe un volume plus important que l'eau froide. Le réchauffement de l'air dans la partie nord de la planète fait fondre les icebergs et contribue ainsi à la hausse du niveau de la mer.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Israël n'est certainement pas les Maldives et on ne s'attend pas à ce qu'il soit submergé de sitôt. Même dans la situation extrême où tous les icebergs du monde se fondent, la Méditerranée s’arrêterait plus ou moins dans la rue Ibn Gabirol, dans le centre de Tel-Aviv. De plus, les anciennes villes côtières d’Israël, telles que les sites archéologiques d’Ashkelon, de Césarée et d’Apollonia, risquent d’être emportées par les vagues, mais pour l’instant, les villes côtières modernes du pays ne risquent pas de se noyer.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Herut: «Notre problème avec la montée du niveau de la mer est différent. Dans la plupart des rivières du pays, telles que le Yarkon, Alexander et Kishon, l’eau de mer pénètre dans l’estuaire à quelques kilomètres de l’est. Depuis le pont de Reading (centrale électrique) du port de Tel-Aviv, vous pouvez voir l'endroit exact où les eaux du Yarkon se rencontrent et celles de la Méditerranée. Une élévation du niveau de la Méditerranée signifie une augmentation de la base de drainage du ruisseau Yarkon – ce qui, à son tour, signifie de graves inondations sur l'autoroute Ayalon. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Même à l'heure actuelle, les réseaux d'égouts municipaux sont à peine capables de faire face aux pluies locales, qui deviennent de plus en plus courtes et puissantes. Une élévation de un mètre à un mètre du niveau de la mer signifierait que de telles inondations deviendraient une habitude.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Une chose de gens
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Les problèmes de climat ne peuvent être dissociés des problèmes de démographie: c'est la démographie qui a fomenté la crise climatique et qui l'aggravera également. Le taux de fécondité en Israël est de 3,1 enfants par femme, le plus élevé de l'OCDE et presque d'un enfant de plus que dans les pays classés après, comme la Turquie et le Mexique. Combien d’Israéliens vivront ici en 2100?
          

        
          
                  
          
                  
          
          
            
            
            
            
                         

                        
            
                                                  
                Alex Weinreb. "Il y aura 36 millions d'Israéliens d'ici la fin du siècle".
                                                    Emil Salman
                                              «Les prévisions démographiques sont valables pour 10 à 20 ans», explique Alex Weinreb, directeur de la recherche au Centre Taub d'études de politique sociale en Israël. «Aucun démographe sérieux ne vous prendra plus de 40 ans. En revanche, la croissance démographique ne s’arrête pas instantanément. C’est comme un paquebot: il faut du temps pour s’arrêter et finalement pour faire demi-tour. Notre taux d'augmentation est resté stable au cours des 20 dernières années. Avec les Palestiniens, c’est une histoire plus complexe, car leur taux de fécondité diminue rapidement, mais le calcul pour les citoyens israéliens est simple: leur population double tous les 34 ans. À ce rythme, il y aura 36 millions de citoyens dans le pays d'ici la fin du siècle, sans compter les Palestiniens de Judée-Samarie ou de la bande de Gaza. "
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Où dans le monde vivront 36 millions de personnes entre la ligne verte et la mer?
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Weinreb: «Je ne sais vraiment pas. Peut-être que ce sera comme le temple (ancien Israélite): Un miracle permettra à tout le monde d'entrer. Des tours plus hautes? Des îles artificielles? Je ne sais pas. Ce qui est certain, c’est que le mode de vie va changer.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     L'eau peut être dessalée, les climatiseurs peuvent être installés, les aliments peuvent être conçus – mais il existe des ressources intrinsèquement limitées. Un deuxième mur des lamentations ne peut pas être construit. Et il n'y a qu'un seul lac Kinneret, même si ses eaux sont pompées de l'usine de dessalement d'Ashdod. Lorsque nous parlons de la vie en Israël à la fin du XXIe siècle, nous devons également nous demander quelles sont les perspectives de nos enfants de vivre dans une maison individuelle, de trouver un endroit pour s’asseoir sur la plage ou tout simplement pour un voyage annuel. .
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     La solution évidente est d'avoir moins d'enfants. En 2017, une importante étude publiée dans la revue Environmental Letters a révélé que donner naissance à un enfant de moins est 60 fois plus efficace que toutes les autres actions qu'une personne peut entreprendre pour améliorer l'environnement combiné, comme le passage à une voiture électrique. , to solar energy or to a vegan diet.
          

        
          
                  
          
                  
          
          
            
            
            
            
                         

                        
            
                                                  
                Alon Tal.
                                                    Tomer Appelbaum
                                              “The issue of the climate is directly related to demography,” says Alon Tal, chairman of the Department of Public Policy at Tel Aviv University. “In order to reduce the collective climatic footprint, it’s first necessary to achieve demographic stability. In Israel the birthrate is not part of climatic discourse, perhaps due to cowardice, perhaps due to ignorance. Anyone who dares to raise the issue is subjected to fierce criticism from all kinds of directions. It definitely doesn’t make me more popular.”
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     Prof. Tal, who is in the very unrealistic 45th slot on the Kahol Lavan slate of Knesset candidates, is currently stumping the country alongside his colleague MK Miki Haimovich. “Wherever we go, we see the direct effect of accelerated population growth on natural resources,” he notes. “Earlier this month we were in Emek Hefer (in central Israel). It’s terrible what’s happening there. The urban sprawl is threatening the agriculture and nature in a magnificent area. All the greenery is disappearing. And the same is happening across the country – in Modi’in, in Jerusalem, in Ashdod. Despite the fine declarations made by Benjamin Netanyahu at the climate summit in Paris, in practice, Israel is not pulling its weight in meeting the challenge. According to the test of reality, Israel’s emissions are rising at a time when scientists are saying that we need to reduce greenhouse gas emissions by 60 percent.
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

                     “We are aggravating the condition of the planet. The Jewish state has looked humanity’s ultimate challenge in the eyes and said: ‘Forget it.’ What will we tell our children? That we wanted a higher quality of living? That we had to remove all the natural gas from the sea because it was so economically profitable? Those are pathetic explanations. We’re taking about the most fateful issue there is, especially in the Mediterranean Basin, and the government of Israel isn’t capable of appointing a minister who cares that we are simply going to be cooked.”
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
                            
                

          
          

        
          
                  
          
                  
          
                  
        
                        
    

Laisser un commentaire